Bibliothèque du Campus des Iles-de-la-Madeleine

Propositions de lecture

Du bonheur : un voyage philosophique

Qu'entendons-nous par « bonheur »? Dépend-il de nos gènes, de la chance, de notre sensibilité? Est-ce un état durable ou une suite de plaisirs fugaces? N’est-il que subjectif? Faut-il le rechercher? Peut-on le cultiver? Souffrance et bonheur peuvent-ils coexister? Pour tenter de répondre à ces questions, Frédéric Lenoir propose un voyage philosophique, joyeux et plein de saveurs. Une promenade stimulante en compagnie des grands sages d’Orient et d’Occident.Où l’on traversera le jardin des plaisirs avec Épicure. Où l’on entendra raisonner le rire de Montaigne et de Tchouang-Tseu. Où l’on croisera le sourire paisible du Bouddha et d’Epictète. Où l’on goûtera à la joie de Spinoza et d’Etty Hillesum. Un cheminement vivant, ponctué d’exemples concrets et des dernières découvertes des neurosciences, pour nous aider à vivre mieux.       170 / L571d

Source : www.fayard.fr

Lire la suite...

L'impuissance de la puissance

La puissance n'est plus ce qu'elle était. La fin de la bipolarité, les échecs du développement, la prolifération de formes nouvelles et disséminées de violence ont eu raison des certitudes de naguère. Les armées les plus modernes ou les plus sophistiquées échouent devant les actes de terreur les plus élémentaires ; à mesure qu'elles s'affirment, les dominations essuient davantage de contestation qu'elles ne recueillent d'adhésion ; quant aux menaces les plus diverses, elles échappent à tout espoir de contrôle.


Les États-Unis sont au centre du paradoxe : jamais un État n'a, dans l'Histoire, accumulé autant de ressources de puissance ; jamais pourtant il ne s'est révélé aussi peu capable de maîtriser les enjeux auxquels il doit faire face. La puissance ne peut plus se régaler aujourd'hui des effets revigorants du gladiateur ennemi qui fait face avec le même poids et les mêmes recettes.

Privés d'ennemi qui leur ressemblent et qui leur opposent une puissance crédible, les États-Unis doivent aujourd'hui affronter une nuisance qui change l'équation du jeu international, tout en étant redoutable et extrêmement difficile à combattre. Derrière ces boule­versements stratégiques se cachent non seulement la fin des guerres d'autrefois, des formes nouvelles de violence et de conflit, mais surtout l'ouverture de la scène internationale aux individus et aux sociétés, c'est-à-dire à l'Autre, celui qu'on connaît mal ou qu'on choisit d'ignorer, qu'on accable d'humiliations faute de pouvoir le forger à son image. En bref, l'ignorance du monde postbipolaire alimente ainsi de nouvelles violences et crée de nombreux dangers dont seul le multilatéralisme saura nous protéger.     327.101 / B136i

Source : www.fayard.fr

Lire la suite...

En mer

Las du quotidien de sa vie de bureau, Donald décide de partir naviguer seul pendant trois mois en mer du Nord. Maria, sa fille de sept ans, le rejoint pour la dernière étape qui doit les ramener du Danemark aux Pays-Bas, où ils retrouveront sa femme.


Mer étale, complicité entre le père et la fille: la traversée s'annonce idyllique. Mais rapidement, les nuages noirs se profilent à l'horizon, et Donald semble de plus en plus tourmenté. Jusqu'à cette nuit cauchemardesque où Maria disparaît du bateau alors que la tempête éclate...      839.3187 / H465e

Source : www.christianbourgois-editeur.com

Lire la suite...

VOIR DU PAYS

Parce qu’elle voulait prendre le large, Aurore s’est engagée dans l’armée. Elle a suivi Marine, sa meilleure amie. Ensemble, elles sont parties en mission, dans la vallée de la Kapisa. Sur une terre aride, la peur au ventre, elles ont vécu six mois de violence inouïe et de tension permanente, inconnue jusqu’alors. Aurore a été gravement brûlée aux jambes. Marine en a perdu sa joie de vivre. Et puis, après la guerre, elles rentrent au pays. Mais avant de pousser la porte de leurs foyers de Lorient, en Bretagne, une dernière mission les attend. Une étape obligée. Et cette étape, c’est Chypre. Sous un soleil écrasant, logées en hôtel cinq étoiles avec formule tout compris, elles prennent enfin des vacances. Une île paradisiaque, hors du temps, presque irréelle pour des soldates qui, la veille encore, foulaient aux pieds des corps inertes. Un « sas de décompression », dans le jargon militaire…


Le compte à rebours est lancé. Les filles ont trois jours pour retrouver la paix. Deux nuits pour remettre de l’ordre dans leurs vies bousillées. Quelques heures pour revivre… ou du moins essayer. Alors, au milieu de corps offerts et dénudés, elles tentent, dans un ultime effort, de se détendre et d’avancer. Mais c’est peine perdue. Les séances de débriefing réveillent leurs angoisses, exaltent leurs cauchemars. Elles réalisent soudain que cette mission les a détruites, qu’elles sont en miettes, et que leur amitié, qu’elles croyaient indestructible, a laissé place à la honte et au silence.      848.92 / C855v

Source : www.elle.fr

Lire la suite...

Yellow birds

Bartle, 21 ans, est soldat en Irak, à Al Tafar. Depuis l’entraînement, lui et Murph, 18 ans, sont inséparables. Bartle a fait la promesse de le ramener vivant au pays. Une promesse qu’il ne pourra pas tenir… Murphy mourra sous ses yeux et hantera ses rêves de soldat et, plus tard, de vétéran.

Yellow birds nous plonge au coeur des batailles où se déroule la vie du régiment conduit par le sergent Sterling. On découvre alors les dangers auxquels les soldats sont exposés quotidiennement. Et le retour impossible à la vie civile.

Kevin Powers livre un roman fascinant sur l’absurdité de la guerre, avec une force aussi réaliste que poétique.    818.6 / P888y

Source : www.editions-stock.fr/

Lire la suite...