Sécession : Et si la Gaspésie devenait un pays libre ?

Poussant à l’extrême des mesures néo-libérales déjà pratiquées depuis des années autant par les péquistes que par les libéraux, le gouvernement Couillard, en accélérant le désengagement de l’État dans des domaines pourtant de sa responsabilité, déclare la guerre au peuple québécois. Par l’adoption d’une kyrielle de mesures d’austérité visant officiellement à assainir les finances publiques, le premier ministre et ses sbires déclenchent volontairement une crise sociale majeure.

L’objectif réel : modifier radicalement le paysage socioculturel et économique de notre nation au profit du 1 % les plus privilégiés. La médecine : saborder le modèle sociodémocrate élaboré ici avec intelligence et patience depuis la Révolution tranquille. Or, ce virage ultraconservateur implique notamment le saccage des outils de développement régional. En Gaspésie, les impacts sont catastrophiques. Mais malgré les preuves accablantes de l’absurdité de ces décisions, les élus refusent obstinément d’entendre raison. Que faire quand ceux qui devraient normalement travailler pour nous sont en réalité nos pires ennemis?

Sécession : Et si la Gaspésie devenait un pays libre ? se veut une réflexion d’équipe sur trois grands défis auxquels le Québec est confronté présentement : la transition de notre modèle économique, la réforme de nos institutions démocratiques et la restauration de la collaboration entre le milieu urbain et la campagne. Par une approche libre et diversifiée, les multiples points de vue proposés visent plus à informer et stimuler le questionnement qu’à imposer des réponses. Au lieu de continuer à creuser le fossé qui sépare les diverses factions en présence, la parole gaspésienne peut-elle nous encourager à définir un nouveau contrat social au Québec?

FC2926.9.S4 S42 2015