Les cégeps des régions saluent la décision du gouvernement du Québec de suspendre l’application de sa réforme sur l’immigration

Les cégeps des régions qui ont vivement critiqué, la semaine dernière, l’imposition de nouvelles restrictions à l’accessibilité du Programme de l’expérience québécoise (PEQ) saluent maintenant la décision du gouvernement du Québec de suspendre l’application de sa réforme tant controversée.

Pour les cégeps de l’Abitibi-Témiscamingue, de Baie-Comeau, de la Gaspésie et des Iles, de Matane et de St-Félicien, cette réforme se voulait complètement contraire à la révision du modèle de financement annoncée au printemps dernier par le ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, monsieur Jean-François Roberge, où notamment de nouveaux budgets liés au développement des régions, dont des mesures (financières) d'appui à l'attraction des étudiants internationaux, avaient été mises en place. Les décisions et la sensibilité du ministre à leur égard avaient d’ailleurs été saluées par les cégeps des régions.

Cette suspension de la réforme de l'immigration permettra donc à ces établissements, confrontés à de sérieux défis démographiques, de continuer à se tourner vers le recrutement international, sans discrimination, afin de répondre aux besoins d’une main-d’œuvre diversifiée et qualifiée, nécessaire à la prospérité des régions et du Québec tout entier.

Les cégeps de l’Abitibi-Témiscamingue, de Baie-Comeau, de la Gaspésie et des Iles, de Matane et de St-Félicien invitent l’ensemble des cégeps des régions à se joindre à leur démarche ainsi qu’à leurs revendications. Dans la foulée, ils offrent leur entière collaboration à la Fédération des cégeps et au gouvernement afin de contribuer à trouver des solutions porteuses pour les établissements d’enseignement, les régions et l’ensemble de la société québécoise.